Pour une fois, j’ai envie de rédiger un billet qui n’a rien à avoir avec le monde de la beauté.
Comme je l’ai annoncé rapidement à mon retour, ma vie a été assez tourmentée. J’ai pris les devants de MA vie, tout en prenant des risques. J’ai envie de vous parler de la route du bonheur.
J’étais en couple depuis 5 ans. Nous nous sommes installés ensemble j’avais 17 ans. Nous louons un petit appartement, nous avions pris un petit chat, puis, au bout d’1 an il s’est décidé à devenir propriétaire. Nous vivions alors dans une maison à rénover de plus de 140 m², nous avons adopté un chien à la SPA.
Bref, pendant 5 ans nous avons fait notre petit bonhomme de chemin, nous étions stables, petit train-train quotidien.
Je n’étais pas malheureuse, mais je n’étais pas heureuse non plus. J’avais 17 ans, j’étais étudiante, lui travaillait et nous n’avions qu’un revenu, ce qui créait des tensions, ensuite, j’ai combiné études + travail pour pouvoir l’aider, j’ai terminé mes études, j’ai cherché du travail, je n’ai rien trouvé. J’ai entrepris une formation qui me rémunérait que très peu, ce qui créait des tensions aussi. Je me disais que ça irait mieux quand j’aurai un travail. Puis j’ai trouvé un travail fixe. Je m’entendais bien avec lui, nous nous entendions relativement bien. Mais voilà, je n’étais clairement pas épanouie. J’étais plutôt fataliste et du genre à me dire « nous ne sommes pas malheureux, il sera un bon père, il est courageux… ».

Je m’aperçois dans mon entourage qu’énormément de personnes sont ainsi aussi. « Ca pourrait être pire », « si je la/le quitte, je perds tout ce que j’ai pu construire », « j’ai peur d’être seul(e) », « je reste pour nos enfants », « Il/elle sera malheureux(se)…

Du jour au lendemain, j’ai pris cette décision qui me travaillais depuis un moment : j’ai tout quitté.

J’ai perdu quelqu’un de bien, j’ai  perdu « ma » maison, mon chien, mon chat, mes habitudes. Je n’étais vraiment pas sûre de mon choix, mais je n’en pouvais plus de cette vie routinière que je trouvais fade.

Aujourd’hui, après 8 mois, je ne regrette pas une seconde mon choix.

J’ai vécu 4 mois dans un 30 m², maintenant nous sommes dans un petit appartement, et je me sens bien.

Les premiers mois n’ont pas été facile, déménager, racheter la voiture que l’on avait acheté en commun, se mettre d’accord sur le prix, faire les démarches pour les changements, tout ça en travaillant à côté, c’est fatigant, mais au bout de ce chemin semé d’embuches se cachait un magnifique soleil.

Mon chien me manque, Kimo était son chien, adopté ensemble mais mis à son nom. Mon chat, Onyx, était à moi mais Kimo a tellement mal vécu mon départ que je ne pouvais pas lui enlever Onyx, il aurait été tellement malheureux…

J’ai retrouvé quelqu’un avec qui je suis heureuse et épanouie depuis 6
mois, une relation dans laquelle je me sens sereine et épanouie, en
osmose. Cette personne est une personne que je connais depuis de
nombreuses années, que j’ai souvent côtoyé fut un temps, mais je n’avais
pas vu qui il était vraiment : l’homme avec qui je veux faire ma vie.
Cette histoire d’amour est vraiment abasourdissante, ni lui, ni moi
avions d’arrières pensées quand on se voyait, et un jour, bam ! L’amour,
le vrai.

Je restais par crainte, par dépit, par peur de le rendre malheureux au sacrifice de mon bonheur. La vie, l’amour ce n’est pas ça. Parfois il faut prendre des risques pour être heureux. Cette expérience compliquée me l’a prouvé. Ne vous sacrifiez pas, pensez à vous, à votre bien-être, à ce qui peut vous rendre réellement heureux.

Tout le monde a le droit au bonheur.